top of page
Rechercher

Burn-on, le prédécesseur du burnout


burn-on n'est pas une faute orthographe mais le précurseur du burnout

Nombreux sont ceux qui parlent de burnout... et si nous nous penchions une fois sur son prédécesseur, burn-on ?


Connais-tu ce terme ?

 

La plupart des gens me regardent bizarrement lorsque je parle de burn...on. Pourtant, beaucoup d'entre nous sont en plein dans cette phase préliminaire du burnout souvent redouté. J'ai moi-même été en burn-on pendant plusieurs années.


Pour vous familiariser avec ce thème dans un premier temps, j'ai pensé faire une comparaison avec les quatre saisons et la manière dont nous pouvons apprendre de la nature.

Nous avons certainement tous entendu ou lu plusieurs fois qu'il serait bon pour nous, les êtres humains, de nous reconnecter davantage avec la nature et de nous orienter vers elle. Selon la devise : chaque chose en son temps. Harmonie et alternance entre le faire et l'être. Mais l'inactivité nous fait peur. Souvent, l'angoisse existentielle vient même très vite. Être « simplement » et ne rien faire ne correspond plus à notre style de vie actuel. Nous ne pouvons tout bêtement plus nous le permettre dans l'univers professionnel actuel. Mais dans la vie privée aussi, les exigences envers nous-mêmes sont généralement très élevées, nous devons fonctionner à nos yeux et nous sautons ainsi d'une activité à l'autre. Insidieusement, le surmenage et l'épuisement augmentent peu à peu, nous nous sentons de plus en plus épuisés. Et pourtant, nous continuons ! Nous avançons lentement et sûrement sur la corde mince de Burn... on vers le burnout.


Les angoisses et les attaques de panique ont également fortement augmenté.


Nous n'avons plus le temps d'être et de nous sentir... Et le prix à payer est élevé ! Parfois très élevé ! De plus, celui-ci est souvent réclamé insidieusement, sans que nous nous en rendions compte. Jusqu'à ce que, tout à coup, rien ne va plus... !


Avant, ce qui me faisait peur, c'est qu'en tant que coach assisté par des chevaux, je dépende des saisons en fonction de la météo. Comment pourrais-je en vivre un jour ? Mais aujourd'hui, j'ai compris que c'est un grand cadeau que de « devoir » adapter mon activité aux saisons. Pour quelle raison ? Parce que sinon, beaucoup de mes projets ne seraient jamais portés dans le monde. Je n'aurais tout simplement pas assez de temps pour le faire et je n'aurais pas non plus le loisir de laisser naître la créativité.


la créativité demande la balance entre être et faire

Au printemps, je me sens chaque année pleine de créativité et d'envie de nouveauté. Est-ce que tu ressens la même chose ? Mais cette créativité est souvent étouffée par mon envie d'agir et mon emploi du temps hebdomadaire chargé, et de nombreuses idées ne se concrétisent donc pas. En mars, c'est à nouveau la saison où je peux donner des formations et des séminaires avec les chevaux. Les coachings individuels augmentent également, car les journées sont plus chaudes et plus longues. J'ai donc souvent l'impression de sauter d'un jour à l'autre et d'une semaine à l'autre, ce qui est très agréable. J'aime cette énergie bouillonnante ! Cette énergie qui me transporte du printemps à l'été, où mes clients et moi-même sommes pleins d'énergie.


L'été est mon mois, après tout, je suis née lionne et je profite pleinement de cette saison, de la chaleur et des longues heures passées dehors. Fin juillet et en août, c'est un peu plus calme que les semaines précédentes et j'ai du temps pour moi et mes chevaux. Et pour des vacances avec mon amoureux, loin des bottes en caoutchouc et des tas de fumier.


En septembre et octobre, les séminaires et les formations continues ainsi que les Equicoachings battent à nouveau leur plein.

Puis vient novembre, le calme revient. Les séminaires et l'école font une pause jusqu'à fin février. Je fais toujours régulièrement des Equicoachings parce que j'aime le travail individuel avec mes clients. Malgré tout, début novembre, j'ai parfois l'impression de faire un plouf à l'intérieur de moi. De beaucoup à peu dans mon agenda. C'est ce que je craignais. Mais si je veux développer de nouvelles choses, j'ai besoin de ce temps pour moi et de calme. Donner de l'espace aux rêves, aux nouvelles idées et aux projets pour qu'ils puissent voir le jour. Et c'est ainsi que mes journées et mon agenda se remplissent à nouveau, mais d'une manière très féminine par rapport aux autres saisons. Mes meilleures inspirations, je les trouve quand j'ai le temps d'être. C'est là que surgissent des idées dont je me demande d'où elles viennent. Ces idées deviennent de nouveaux projets, toujours plus beaux et meilleurs. J'ai le temps de faire naître de nouvelles choses, exactement comme je l'écris ici : je les laisse naître, à l'intérieur de moi. Et je les mets ensuite en forme à l'extérieur. Ainsi, j'ai toujours l'harmonie entre le faire et l'être, l'être étant ici clairement au premier plan. La vie coule en moi. Parfois, je me surprends moi-même. Et je m'étonne lorsque je parle d'une idée à d'autres personnes et que soudain, quelque chose de nouveau et de grand naît ensemble.


Il m'arrive alors d'avoir peur de ma propre grandeur. Mais ensuite, je reprends confiance. J'ai confiance dans le fait que ma croissance se déroule en parallèle et que, quelle que soit la taille de mes idées et de mes projets, je grandis toujours en même temps qu'eux et que tout est donc juste. Que je suis accompagnée à chaque étape par mon instance intérieure, à condition d'écouter.


la confiance dans la vie que tout se passe au bon moment

J'attends donc avec impatience la saison plus froide, où je serai bien au chaud sur mon canapé, parfois avec ma cheminée allumée, et où je pourrai me consacrer pleinement à mes rêves, mes idées et tout ce qui veut naître. Je sais maintenant à quel point cette saison est importante pour moi et je ne la rejette plus. Bien au contraire. Avec ma nouvelle vision, elle aussi se sent vivante, pleine de joie et de plénitude.


Je fais confiance à la vie pour que tout se passe toujours au bon moment.


Il me suffit de m'abandonner au processus de chaque saison. Et cela me fait tellement de bien, cela me nourrit de l'intérieur et je me sens comblée, protégée et portée. De l'intérieur vers l'extérieur et de l'extérieur vers l'intérieur. En équilibre entre laisser naître, faire, parfois beaucoup faire, récolter et être. Tout à fait en accord avec les quatre saisons.


La nature nous apprend beaucoup sur la vie. Si les arbres et les plantes fleurissaient toute l'année, ils mourraient. Et que faisons-nous, nous les humains, en comparaison ? L'une de nos grandes croyances de la génération actuelle est que nous devons toujours faire quelque chose, simplement "être" est rejeté. Et c'est ainsi que nous essayons par tous les moyens d'être toujours là en pleine floraison et que nous ne remarquons pas - à force de faire et d'être distraits - que nous avons besoin de cycles, car sinon nous mourrons de l'intérieur.


Des cycles, comme les saisons. Mais aussi comme la lune chaque mois. Et même quotidiennement, il est très sain pour nous de vivre par cycles et de faire régulièrement des pauses.


Comprends-tu le sens des cycles et des phases ? Te permets-tu de les vivre consciemment et surtout de les apprécier ? Car si nous nous accordons du repos et que nous en profitons, nous pouvons à nouveau apprécier notre activité. Et nous ne sommes pas dans l'action permanente, dans le burn-on, toujours plus proche du burnout.

C'est toi qui décides.


De quoi as-tu peut-être encore besoin pour te permettre de le faire ? Si tu ne peux pas le découvrir par toi-même, mes chevaux et moi t'aiderons volontiers à le faire ! Car le coaching équin, et en particulier les chevaux et les poneys, nous amènent à être, à ressentir et à percevoir.

38 vues0 commentaire

Comments


bottom of page