top of page
Rechercher

Quel est le rapport entre notre enfance et le burn-on et le burn-out ?


Lors de nombreux Equicoachings  avec mes clients, j'ai constaté que la plupart des problèmes que nous rencontrons actuellement sont liés à notre système familial et/ou à notre enfance.


Même le burnout!






Il est important pour moi de souligner que le système familial et l'enfance nous ont apporté beaucoup de bonnes choses et de force dans la vie ! Je trouve dommage que nous continuions à penser trop souvent en termes de problèmes au lieu de nous concentrer sur le bien pour le reconnaître.


Tout ce qui nous a fortifiés dans notre enfance nous fortifie encore aujourd'hui.


Si nous regardons les lois hermétiques, nous comprenons par exemple que nous vivons dans un monde de causes et d'effets.  Ou de polarité, et comment cela influence notre vie. Il faut les deux pour en faire un tout. Tu comprends ce que je veux dire ?




Nous avons été influencés par nos parents et d'autres personnes de référence dans notre enfance, avec des points forts et des points faibles. C'est pour cette raison que nous avons formé des croyances positives et des croyances négatives. Cela nous permet de garder l'équilibre, aussi étrange que cela puisse paraître. S'il n'y avait pas le jour et la nuit, l'été et l'hiver, nous ne connaîtrions qu'une seule possibilité. Mais il faut les deux. Imagine qu'il n'y ait jamais que le jour et la lumière et jamais l'obscurité et la nuit...


Si nous n'avions reçu que de soi-disant bonnes choses, nous ne pourrions pas vraiment les apprécier et nous en réjouir, car nous n'aurions aucune comparaison. Et notre esprit en a besoin. Je pense que du point de vue émotionnel, nous voulons seulement avoir dans notre vie tout ce qui est positif à nos yeux. Mais la force universelle sait ce qu'elle fait, c'est pourquoi les pensées et les sentiments négatifs comme la colère, la tristesse, la honte, etc. sont également importants pour nous. Car nous nous sommes incarnés pour apprendre. Certains doivent apprendre un peu plus dans cette vie, d'autres ont la vie un peu moins dure, mais nous "devons" tous apprendre. À quel groupe appartiens-tu ?  Et même si tu as le sentiment d'appartenir au premier groupe, vois-tu aussi les cadeaux dans les soi-disant mauvaises expériences ? Car grâce à elles, tu as pu développer de nombreuses ressources qui te servent aujourd'hui et qui font de toi la personne que tu es.


Revenons à notre enfance. Une enfance parfaite et des parents parfaits n'existent pas. Même les parents les plus aimants et les meilleurs nous ont transmis des choses à partir desquelles nous avons construit des croyances et des sentiments positifs et négatifs. Par exemple, si nous n'avons pas appris ce que signifie un "non", nous n'avons pratiquement pas eu de limites - qui, d'ailleurs, donnent aussi de la sécurité à un enfant et ne signifient pas qu'il est moins aimé. En raison de cette expérience dans l'enfance, nous pouvons aujourd'hui ne pas fixer de limites, ou mal, ou les percevoir chez d'autres personnes. Et cela nous amène déjà à un sujet qui est fortement lié au burn-on et au burn-out. Car poser des limites fait partie prendre soin de soi. Et aussi à la conscience envers soi-même et les autres.


Si nous n'avons pas reçu suffisamment d'amour inconditionnel dans notre enfance, nous commençons inconsciemment à nous battre pour cela.  C'est ainsi que la lutte a commencé très tôt dans notre vie et que nous continuons à la mener aujourd'hui. Nous nous plions en quatre, regardons ce dont les autres ont besoin et essayons de plaire à tout le monde. Ou bien nous commençons à être très performants, notamment parce que nous avons appris qu'en obtenant de bonnes notes à l'école, nous étions reconnus et donc aimés. Et c'est ainsi que nous essayons aujourd'hui encore d'être vus et reconnus par notre chef, notre partenaire, notre cercle d'amis et peut-être même par nos enfants. Ainsi, malgré les meilleures intentions du monde, nous créons des nouveaux croyances chez nos enfants.


Les stratégies que nous avons développées lorsque nous étions enfants, nous les poursuivons aujourd'hui. Ce sont ce qu'on appelle des stratégies de protection de l'enfant intérieur. Il serait bon de les découvrir et d'en abandonner certaines. C'est ainsi que nous évoluons et que la guérison se produit en nous.

Beaucoup de choses étaient synonymes de stress pour nous lorsque nous étions enfants. Ainsi, nous avons souvent déjà bien rempli notre bidon de stress pendant l'enfance et il ne reste plus beaucoup de place dans notre vie d'adulte jusqu'à ce qu'il déborde.


Le perfectionnisme est aussi une stratégie de protection que nous avons développée dans notre enfance et que les personnes très stressées connaissent bien. Derrière cela se trouve généralement soulignée deux ou trois fois la croyance : je ne suis pas assez bien comme je suis. Pas assez intelligent, pas assez beau, je dois faire plus, être meilleur, etc. Alors, je serai aimé ! Mon perfectionniste intérieur fait tout ce qui est en son pouvoir pour prouver à mon entourage que je suis assez bien. Mais j'ai du mal à m'en convaincre moi-même. Car le critiquer intérieur aime aussi se faire entendre. Cela provoque beaucoup de stress et de tension en moi. Le perfectionnisme est donc un excellent moteur pour produire beaucoup de cortisol en moi, un bon ami du stress.



Lorsque je fais des constellations familiales, il y a souvent une confusion entre les grands et les petits. Quand j'étais un petit enfant, j'assumais une sur-responsabilité. Surtout lorsque je devais par exemple m'occuper de mes frères et sœurs ou remplacer à ma mère son partenaire. Ou alors l'un des parents était dépressif. Lorsque les rôles étaient inversés, c'est-à-dire que maman ou papa n'étaient pas les grands et étaient perçus comme faibles, je devais être la grande et la forte en tant qu'enfant. C'était synonyme de stress et de surmenage. Connais-tu la phrase : je dois y arriver ?


Lorsque j'ai commencé à faire du développement personnel, j'ai découvert Robert Betz. J'ai beaucoup appris de lui. Il répétait entre autres qu'"il n'est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse". Aujourd'hui, je sais ce qu'il entend par là. Dans mes séances de coaching assisté par des chevaux, je soigne beaucoup l'enfant intérieur. Les chevaux nous soutiennent dans cette démarche avec un amour incroyable.


Si tu te trouves en burn-on, déjà en burn-out ou après un burn-out et que tu sens que ces lignes t'ont interpellé, je t'aiderai très volontiers à guérir ton enfant intérieur. Les expériences vécues dans ton enfance ont formé ton comportement actuel. Aujourd'hui, c'est toi qui es responsable du changement.




Si tu guéris ton enfant intérieur, tu apprendras à être plus heureux et plus satisfait, et ton passé te rendra plus fort.

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page